Style & Succès – Pourquoi faire attention à son image

46 Novembre 2016 Agefi copy 2

Style & Succès
La chronique de Florence

Pourquoi faire attention à son image ?

Nous vivons dans un monde où l’impact visuel est très important. Que ce soit dans la vie de tous les jours ou sur les réseaux sociaux, notre image joue un rôle primordial quoi qu’on en dise et donne à nos interlocuteurs une idée de qui nous sommes en réalité.

Lorsque l’on sait qu’elle représente 55% de notre communication, que nous n’avons pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression, que nous sommes jugés en moins de 10 secondes … on s’imagine facilement le pouvoir que notre image possède.

Des études américaines ont démontré que les personnes, hommes ou femmes confondus, qui font attention à leur présentation ont beaucoup plus de chance de décrocher un travail, d’avoir une promotion ou encore une augmentation de salaire, même si l’on sait que l’habit ne fait pas le moine (mais il y contribue fortement).

Prenez l’exemple d’un demandeur d’emploi. A compétences égales, diplômes équivalents et expériences semblables, inconsciemment (ou consciemment) l’employeur sera tenté d’engager le candidat ou la candidate ayant la meilleure présentation. Discrimination à l’emploi ? Non, pas du tout, chaque employeur veut le meilleur pour son entreprise et chaque demandeur d’emploi se doit de donner le meilleur pour obtenir le boulot qu’il convoite.

Nous devrions tous être des ambassadeurs de la société qui nous emploie et véhiculer ainsi les valeurs de celle-ci. C’est pourquoi il est important de respecter le code vestimentaire pour montrer son appartenance au groupe, tout en respectant sa personnalité qui, pour moi, est primordiale.

Il faut évidemment s’habiller selon le milieu professionnel dans lequel on évolue. Il va de soi que les start-ups, l’informatique, la publicité, le monde de l’art, etc … sont des secteurs dans lesquels les codes vestimentaires sont totalement différents. Il faut donc connaître les règles. Une agence de publicité qui recrute cherchera plutôt un esprit créatif qui se distinguera par une tenue vestimentaire moins conventionnelle ou plus extravagante alors qu’un banquier ou un avocat visera plutôt une tenue sobre et classique, ce qui ne veut pas nécessairement vouloir dire que la tenue doit être ennuyeuse. Que ce soit pour vous, Mesdames, ou pour vous, Messieurs, il existe mille et une façons d’agrémenter votre look.
Ce mois-ci: les chaussures homme

Messieurs, saviez-vous que plus de 50% des gens regardent les chaussures que portent leurs compères pour se faire une idée de qui ils sont ? Cela paraît incroyable et pourtant des études l’ont démontré.

Il est donc important de bien les choisir et d’en prendre grand soin.

Il existe 3 types de chaussures que nous appellerons « formelles », c’est-à-dire des chaussures à porter au bureau ou pour les occasions mondaines.

La chaussure la plus formelle et la plus élégante qui soit est la richelieu. C’est elle qui possède le moins de coutures et présente donc une ligne épurée.

Sur ce type de chaussures, le laçage est appelé “laçage fermé”. Il se fait via des oeillets (petites perforations) positionnés de part et d’autre sur des pièces de cuir, appelées garants, sur lesquelles est cousue la partie avant de la chaussure (appelée empeigne ou claque).
Il faut savoir que ce genre de souliers ne convient pas à tous, car il faut que le pied soit fin, étant donné que l’empeigne, cousue sur les garants, ne permet à ces derniers que de s’écarter très légèrement au moment de l’entrée du pied dans la chaussure. Lorsqu’on a le coup de pied plus fort, on optera pour le confort de la derby.

Les richelieus ou, comme disent les Anglais, les oxford sont classiques. Elles peuvent être à bout droit ou à bout golf fleuri. On les porte avec un costume, plutôt en soirée et lors de réceptions, mais si vraiment on veut être très élégant et se démarquer, on peut s’aventurer à les porter au bureau.

La Richelieu one-cut, aussi appelée whole-cut, est une chaussure réalisée dans une seule pièce de cuir sans couture apparente. Sa réalisation s’avère très difficile.

Dans la hiérarchie de l’élégance, la derby se situe un cran en-dessous de la richelieu, car ce système de laçage ouvert lui donne une esthétique moins racée.
Cette chaussure présente 2 pièces de cuir, les garants, cousues sur l’empeigne, alors que sur la richelieu les garants étaient cousus sous l’empeigne. Cela permet donc une plus grande ouverture de chaussant.

En 3ème place, la chaussure à boucles offre cet avantage que l’on peut régler la largeur de la chaussure en serrant plus ou moins fort la boucle. De plus, la boucle est décorative. Ce modèle de chaussures est porté dans la vie de tous les jours, au bureau mais aussi le weekend.

Share withfacebooktwittergoogle_pluslinkedin

Comments are closed.